Le Québec hors route par la desserte maritime Notre découverte insolite et authentique des communautés de la Basse Côte Nord québécoise!

En voyage vers l'extrême est du Québec avec Go to CanadaEn ce mois de juin 2017, et 10 ans après notre première tentative*, nous avons atteint Blanc-Sablon, le tout dernier village à l’est du Québec, à la frontière du Labrador !

Pour arriver là, et pour découvrir toute la région nommée Basse-Côte-Nord du Québec, plus de route! Nous montons donc à bord du Bella Desgagnés, un bateau cargo qui assure le ravitaillement et le déplacement des populations hors route (sa priorité) et accepte les touristes aventuriers (et patients !) en quête de découvertes. Une immersion inoubliable dans la vie des gens du bout du bout du monde! Une belle leçon de vie, dans des lieux où le temps ne compte plus, où Mère Nature définit le rythme des activités, où le lâcher prise est indispensable, et la débrouillardise de mise! On vous raconte notre aventure?

Le lâcher prise : une mise au parfum dès le départ !

Natashquan, porte d'entrée d'un voyage vers la basse Côte Nord du QuébecNotre périple commence à Natashquan. A près de 1300 km de Montréal, le charmant village de Gilles Vigneault a longtemps symbolisé "la fin de la route 138" pour les uns et le début de l’aventure (en bateau l’été, en motoneige sur la route blanche l’hiver) pour les autres! Bien qu'aujourd'hui, la route se poursuive 40 km plus loin, jusque Kégaska, c’est à Natashquan que nous laisserons notre véhicule pour monter à bord du Bella Desgagnés.

Et l’aventure commence effectivement tout de suite : le bateau est annoncé avec 18h de retard ; les conditions de navigation (les glaces ont fondu très tard) et l’ampleur des marchandises à transporter en début de saison ont des répercussions sur les horaires. Patience!

A Nattashquan, on attend le bateau cargo qui nous emmène au-delà de la route!Notre départ du mercredi début d’après-midi est reporté au jeudi matin! Belle occasion de s’attarder dans le beau village de Natashquan … et d’apprécier la souplesse des aubergistes du coin, qui ajustent les réservations des nuitées de leurs clients aux aléas des horaires du Bella!

Lorsque nous arriverons au port le jeudi matin, les opérations de chargement/déchargement ont commencé! Nous nous sentons minuscules sur l’immense quai, au milieu des conteneurs qui transitent en tous sens. C’est promis, nous observerons ça de plus près, mais un peu plus tard! Objectif numéro un : monter à bord! Il faut dire que nous ne croirons vraiment à ce voyage que lorsque nous y serons!

C’est parti!

Voyage sur un bateau pas comme les autres!

Voyager sur le Bella Desgagnés avec Go to CanadaPremière surprise de taille : pour un bateau cargo/desserte, c’est drôlement beau et confortable! Notre cabine est spacieuse et très bien équipée. Cinq salons intérieurs sont à disposition des passagers, de même qu’une salle à manger (pour des repas "table d’hôte" à horaires fixes) et une cafétéria (accessible plus largement), une salle d’entraînement, des aires d’observation extérieures (c'est là que nous passerons finalement le plus de temps!). Notez qu’il n’est pas obligatoire de prendre une cabine (leur nombre est d’ailleurs limité) : des fauteuils de type avion sont disponibles pour passer la nuit, de même que des casiers, des douches et une buanderie publiques. Chacun, selon son budget et le temps qu’il passe sur le bateau, choisit la formule qui lui convient!

Tourisme durable en basse Côte Nord du Québec avec Go to CanadaLe personnel est aux petits soins, à tout moment : séance d’accueil dès notre arrivée à bord, disponibilité de tout moment pour (tenter de) répondre à nos questions en tous genres, service à table impeccable! Et que dire des repas que l’on nous sert, si ce n’est qu’ils sont fabuleux et qu’ils font honneur aux produits de la région, dont les poissons et fruits de mer! Dans ces conditions, on est d'accord de subir tous les retards de timing du monde, non ?

C’est la "saison touristique" : de juin à septembre, des activités sont proposées à bord lorsque le bateau est en mer, du moins si les horaires et les conditions le permettent.

Voyage d'observation des icebergs en Basse Côte Nord du QuébecDurant notre périple de 3 jours, nous aurons notamment droit à une séance d’information complète sur le bateau, une visite de la timonerie, une séance de préparation à l’observation des mammifères marins, et le visionnement du film "La Grande Séduction" qui a si bien contribué à faire connaître la Bsse Côte Nord! Ajoutez à cela la possibilité d’emprunter divers jeux de société, et l’ouverture du bar à certains moments de la journée… Finalement, sous certains aspects, ça ressemble quand même fort… à une croisière!

Le spectacle est partout, tout le temps, pour qui sait ouvrir les yeux!

Si le wifi est disponible dans certaines zones spécifiques du bateau, son accès est limité, et, disons-le, très fragile! Autant oublier la civilisation connectée tout de suite, et profiter d’une immersion totale dans cet autre monde! Parce que, du moins si l’on est capable d’un minimum d’émerveillement, le spectacle est permanent et grandiose : on aurait presque envie de ne pas aller dormir et d’en profiter 24h sur 24!

La basse Côte Nord du Québec avec Go to canada, un voyage pour les amoureux de grande nature!

Quelques exemples du show permanent qui se déroule sous nos yeux

  • L’immense grue à flèche qui se déploie à l’arrivée dans chaque port pour débarquer et embarquer les conteneurs (véhicules, nourriture, … et tout ce qui est indispensable à la vie dans les communautés locales). Capable de soulever 40 tonnes, et d’aller insérer précisément chaque nouveau conteneur dans l’espace disponible de la partie cargo, elle nous tient en haleine comme spectateurs ahuris d’un immense jeu de Tétris!

Voyage insolite sur un bateau cargo vers les villages hors route du Québec

  • Les paysages bruts et sauvages de la côte, qui à eux seuls nous en disent long, avant même de mettre pied à terre, sur le caractère des gens d’ici! On ne cesse d’admirer les derniers icebergs de la saison qui défilent sous nos yeux ébahis, la brume qui soudain recouvre tout et nous donne l’impression d’être à bord d’un navire fantôme, les levers et couchers de soleil à couper le souffle, la traversée d’un rigolet, sorte de chemin étroit entre des amas de roches, …

Paysages insolites de Basse Côte Nord du Québec!

  • La galerie de personnages que l’on rencontre à bord : des Innus qui passent d’une communauté à l’autre ou s’en vont vers Sept Îles pour accéder à divers services (soins de santé et autres), des enseignants qui viennent de clôturer une années scolaire à Unamen Shipu et rentrent à Montréal, un jeune parti à vélo de Montréal pour découvrir cette côte méconnue de son propre pays, des amateurs de road-trips qui empruntent la desserte de Natashquan à Blanc Sablon pour rejoindre la côte ouest de Terre Neuve ou atteindre Fermont par le Labrador. Et puis, peut-être en raison du moment précis (juin) de notre voyage, de nombreux retraités qui optent pour le circuit complet du bateau (la "croisière" de 7 jours, de Rimouski à Rimouski, via Anticosti, la Minganie et la Basse Côte Nord). Pour ceux qui aiment se frotter à la diversité des points de vue sur la marche du monde, c'est le bon endroit! 

Partez pour un road-and-boat trip sur la Côte nord du Québec, pour atteindre le Labrador!

Immersions furtives dans la vie des communautés hors route du Québec

Venons-en à notre découverte de tous ces petits bijoux que sont les villages de la Basse Côte Nord, car c’était là le but premier de notre voyage !

Séjour authentique et insolite à Harrington Harbour, le village de La grande Séduction!A chaque port, le temps de ravitaillement définit le temps qui nous est accordé pour partir à la découverte de la communauté! La visite peut s’entreprendre par soi-même, un chouette petit journal de bord trouvé dans notre cabine nous permet de nous orienter lors de chacune des escales. Outre un plan et un historique des villages, on y trouve quelques suggestions de visites à faire, souvent à pied (ce qui limite fortement les possibilités car le port est parfois éloigné du village), sinon à vélo (si on a pensé à embarquer son vélo sur le bateau, ce qui est possible) ou en taxi/auto si on a la chance de rencontrer un local prêt à nous embarquer!

Visiter les communautés reculées du Québec avec Go to Canada!L’autre solution, celle que nous avons choisie pour optimiser le temps disponible et s’assurer de rencontrer des locaux, c’est de participer aux visites organisées par la Coopérative de Solidarité en Tourisme Equitable COSTE**. Le concept est attrayant : les gens de la communauté, qu’ils soient francophones, anglophones, innus ou métis, nous emmènent explorer leur territoire. C’est l’assurance d’une découverte authentique (c’est leur vécu qu’ils dévoilent, pas de la théorie!) et c’est surtout l’espoir d’enclencher un développement touristique aux retombées locales, qui valorise les gens et les ressources du coin! De tels objectifs ne peuvent que nous attirer!

Go to Canada, du tourisme d'expérience pour ceux qui aiment la nature sauvage et le contact avec les populations!Et la magie opère! On découvre des personnages posés ou plus colorés selon les cas, mais toujours attachants. Les visites sont inégales, certes : certains Costiers (c’est ainsi qu’on les appelle, c’est joli, non?) ont plus spontanément l’art de structurer leur discours et de parler en public, d’autres se montrent un peu chamboulés face aux changements horaires et au timing qu’on leur impose (notre bateau a du retard à rattraper; le temps de visite est souvent écourté, ce qui impose de revoir le programme), il y a certaines redites d’une visite à l’autre (mais ne dit-on pas qu’un discours doit être répété plusieurs fois pour être assimilé?), … Mais toujours, c’est avec le cœur qu’ils nous parlent de leur mode de vie, de leurs espoirs et parfois de leurs craintes quant à l’avenir de leur bout de pays. Et cela, c’est tout simplement inestimable!

Extraits de quelques belles rencontres humaines en Basse Côte Nord

A Unamen Shipu, Baudoin nous emmène en autobus découvrir l'histoire et la culture de sa communauté Innue, laquelle côtoie quotidiennement la communauté francophone de La Romaine. Il nous parle du mode de vie moderne encore inspiré par les racines nomades et nous fait visiter la belle église Marie-Reine-des-Indiens. Sa lecture (et traduction) d’un poème dans sa belle langue Innue nous a tous fait frissonner! Et pour la petite histoire, il s'avère qu'il connait bien la Belgique aussi, où il a séjourné à plusieurs reprises; c'est dingue, non?

Découverte des communautés Innues du Québec

À Harrington Harbour (ou Sainte-Marie-La-Mauderne pour les initiés!) Keith et Monica nous emmènent à pied sur les trottoirs de bois du village anglophone qui a fasciné le Québec (et pas seulement, nous pouvons vous assurer que c’est pareil en Belgique!) grâce au film La Grande Séduction. En nous baladant, nous découvrons quelques lieux de tournage du film (ah, la maison laide!) ... et écoutons les anecdotes des habitants qui ont vécu cette aventure! Avant de parcourir les trésors improbables du centre d’interprétation de la Maison Rowsell!

Vos vacances avec Go to Canada, au cœur des communautés les plus reculées du Québec!

A Tête à la Baleine, petit village francophone de 129 âmes, qui fait face à un archipel fabuleux de 600 îles et îlots, nous sommes fascinés par les paysages et les icebergs au large des côtes… et déçus que notre excursion en bateau soit annulée. C’est sans compter sur Nicole, qui nous embarque dans sa voiture et suit le bus (complet) pour nous permettre de participer à l’autre visite guidée, celle du village. Nicole et Gilles nous initient à certains aspects concrets de la vie en région très éloignée... notamment, la façon dont les habitants s'organisent face aux urgences médicales. On admire l'ambulance locale servant à atteindre le petit aéroport du coin : un quad aménagé avec civière pour l'été et une motoneige avec remorque aménagée et chauffée pour l'hiver! Bienvenue au pays de la débrouille!

Go to Canada, des voyages pour comprendre les modes de vie en régions reculées du Canada!

Dans la Baie de La Tabatière, nous partons aussi en voiture avec une habitante des lieux qui nous propose de suivre le bus, à nouveau complet … et qui finit par le devancer la plupart du temps, estimant que ça n’allait pas assez vite à son goût, et qu’elle n’aurait pas le temps de nous montrer tout ce qu’elle voulait! Notamment le petit coin de paradis qu'ont su se créer ses amis, en construisant leur propre "hameau" de 2 habitants! Au programme, aussi, visite (au pas de course) des villages de La Tabatière, Baie Rouge et Baie des Moutons, dans des fantastiques panoramas!

Vos vacances sur mesure sur la basse Côte Nord du Québec!

A St Augustin, où aucune excursion n'est initialement prévue, nous débarquons pour une petite promenade et croisons rapidement Mathias, un Innu de Pakua Shipi, qui a installé son tipi pas loin de la sortie du bateau, pour donner une chance aux touristes d'en apprendre plus sur sa communauté toute proche. Chouette démarche! Autour d'un bon feu, il nous parle des réalités de sa communauté, nous invite à déguster du thé du Labrador (il nous demandera avec beaucoup d’humour ce qu’on pense de son « chinese tea »), de la bannique avec de la confiture de graines rouges, et de la moelle de caribou! Un festin, qu’on devra abandonner au pas de course, la sirène du bateau nous rappelant à l’ordre; le départ est imminent !

Vos vacances au Canada à la rencontre du monde autochtone

Et nous voilà au bout du bout : Blanc Sablon, la municipalité la plus à l'est du Québec qui partage sa frontière avec le Labrador. Tony nous emmène à la découverte des 3 villages de la municipalité : Brador, Lourdes-de-Blanc-Sablon et Blanc-Sablon. Il nous parle avec beaucoup d’humour de l’exode qui frappe son village (il est l’un des rares jeunes à être resté au village et à y travailler), nous présente les autres habitants (qui, à l'entendre, à peu de choses près, sont tous ses cousins!) avant de nous emmener photographier les incontournables du coin : la plaque d’entrée au Labrador, et la magnifique chute Brador!

Partez à la découverte des endroits les plus sauvages du Québec avec Go to Canada!

Une expérience touristique hors normes… qui cherche encore sa voie!

Derrière toutes les petites imperfections de ces visites, on sent beaucoup de passion et de volonté de partager. On sent aussi qu’un travail d’envergure est en train de s’opérer en arrière-plan : définir de nouvelles formes de développement collectif pour cette région dont l’économie a été fortement affectée par le moratoire sur le phoque et la morue et par les quotas de pêche. Et dont la vie sociale s’effrite, suite à l’exode des populations, les jeunes en tête!

Découvrir la vie de pêcheurs au Québec!

On se rend compte, au fil de nos visites, que le tourisme durable suscite chez nos hôtes beaucoup (certains diront trop) d’espoir de créer des emplois locaux (L’arrivée de la route 138 aussi, mais ça c’est une autre histoire!). Mais il reste du chemin à parcourir dans la prise de conscience collective des véritables ressources locales, dans la structuration des expériences touristiques, dans les aspects organisationnels et leur bonne communication, ainsi que dans l’accompagnement des populations à prendre en charge un tel projet de tourisme d’expérience. Le mouvement est en marche; nous nous réjouissons de voir comment il évoluera dans les années à venir, en espérant qu’il reste bien fidèle à l’âme de ces belles communautés!

Il reste que le point d’équilibre ne doit pas être simple à trouver pour le Bella Desgagnés, avec tant d’objectifs différents à atteindre : desserte et approvisionnement des locaux, desserte des visiteurs en tous genres - pour motifs familiaux, professionnels, touristiques et autres ! - et soutien au développement des communautés locales. Un beau pari, en tout cas!

Un voyage pour ceux qui ... se reconnaîtront!

Vivez une aventure insolite en bateau vers l'extrême est du QuébecNous retenons en tout cas de cette aventure totalement insolite qu’elle ne s’adresse pas à tous les touristes, même s’ils sont à la recherche de coins reculés et sauvages! Pour commencer, ceux qui ont besoin de maîtriser le programme, avec organisation minutée de leurs journées et allergie aux changements de dernière minute, sont priés de s’abstenir et d’opter pour d’autres régions du Canada! Il est recommandé aussi d’avoir une certaine capacité à prendre les choses comme elles viennent, à se brancher sur l’instant présent pour s’ouvrir à tout événement qui se présente, à aimer le contact humain, à être curieux de modes de vie totalement différents de ceux qu’on vit habituellement… et à prendre les gens tels qu’ils sont!

La basse Côte Nord du Québec, à la rencontre de gens chaleureux et attachants avec Go to Canada!Bref, lorsqu’on embarque sur ce bateau, c’est un autre monde qui s’ouvre à vous, à prendre tel qu’il est, avec beaucoup d'humilité!

Pour toutes celles et ceux qui seront capables de ce lâcher prise, monter à bord de la desserte maritime de la Basse Côte Nord et partir à la découverte des villages, guidés par les Costiers, est une expérience unique, à recommander chaudement! Une expérience que nous referons sans aucun doute, probablement en profitant de séjours prolongés dans certains villages, pour nous imprégner davantage de ce mode de vie empreint de sérénité et de simplicité!

Crédit photos : Go to Canada


(*) En août 2007, nous avions entrepris un road-trip en Côte Nord avec nos 3 enfants, et programmé de prendre le Nordik Express à Natashquan pour aller explorer les villages hors route. A notre arrivée à Natashquan, nous avions appris que le bateau avait heurté les hauts-fonds à l'entrée d'Harrington Harbour le 16 août, rendant ce périple en Basse Côte Nord impossible !
(**) Selon les villages, des excursions sont proposées en bus, en bateau, ou à pied et le nombre de places est limité : il faut donc absolument réserver ses excursions avant de monter à bord du Bella !

Ce site Internet utilise des cookies. Pour plus d'informations – Cliquez ici
© Copyright 2017 - Go to Canada - Textes légaux - All rights reserved | Communication - Création de site Internet : E-net Business